Actualité Sociale et Presse

Ils parlent de Guider Nos Aînés

C’est avec un grand plaisir que je lis des articles qui expliquent mon métier d’assistante sociale mais aussi qui met en lumière ma façon de l’exercer en tant qu’indépendante. Je partage avec vous ces témoignages et je remercie ceux qui parlent de moi.

C’est dans la newsletter du mois d’avril 2018 que La maison Felippa parle de Guider Nos Aînés. C’est toujours un plaisir de voir et de lire le soutien des acteurs du médico-social.


C’est sur le blog de Libheros que j’ai eu la belle surprise de lire un article sur le rôle des assistants de services sociaux en milieu médico-social.

Publié le 8 février 2018 l’article intitulé « L’ assistant social, un rôle médiateur dans le parcours de soin » parle de la place des assistants sociaux hospitaliers mais également de celui des assistants sociaux indépendants comme Guider Nos Aînés.

« Nous avons tous entendu parler du métier de l’ assistant social, notamment dans le cas de la protection de l’enfance. Saviez-vous que l’ assistant social joue également un rôle médiateur dans la prise en charge des patients et leur retour à domicile ? Nous nous sommes intéressés à cette profession, découvrez-la avec nous ! » Lire la suite ici


C’est dans sa newsletter du mois de février 2018, que Les menus services à distribué à l’ensemble de ses partenaires et bénéficiaires, qu’est mis à l’honneur Guider Nos Aînés. Ils reviennent sur mon parcours professionnel mais aussi sur mes attentes concernant les services d’aide au maintien à domicile et plus précisément sur ce que j’attend des Menus Services. Lire l’article ici .



Actualité Sociale

Parce que l’actualité sociale est en perpétuel mouvement il est important de se mettre à la page sans cesse. Vous trouverez ici l’essentiel des nouveautés législatives, des articles que j’ai trouvé pertinents, mais aussi toutes sortes d’informations plus générales.

Si vous vous questionnez sur l’impacte de ces changements sur votre situation ou celle d’un proche n’hésitez pas solliciter un RDV pour que nous puissions échanger et approfondir le sujet qui vous intéresse.

Prenez rendez-vous ici.

La loi finance 2018 prévoit la prolongation du crédit d’impôt pour les dépenses d’équipements en faveur de l’aide aux personnes.

“Les propriétaires, locataires ou occupant à titre gratuit de leur résidence principale peuvent bénéficier d’un crédit d’impôt dans le cadre de dépenses liées à l’installation ou au remplacement d’équipement pour les personnes âgées ou handicapées.
L’article 81 de la loi de finances pour 2018 proroge ce crédit d’impôt jusqu’au 31 décembre 2020. Comme actuellement, les dépenses d’équipement relatives à l’accessibilité des logements sont finançables sans autre condition que la nature des travaux. Pour les dépenses d’adaptation à la perte d’autonomie ou au handicap, le crédit d’impôt s’applique uniquement si le contribuable ou un membre de son foyer fiscal justifie de conditions spécifiques comme être titulaire de la carte "mobilité inclusion", souffrir d’une perte d’autonomie en référence à la grille nationale mentionnées à l’article L.232-2 du Code de l’action sociale.
Un arrêté conjoint des ministres en charge du budget, des personnes handicapées et des personnes âgées du ministre chargé du budget fixera la liste des équipements éligibles à l’avantage fiscal afin de faciliter l’accessibilité des logements aux personnes âgées ou handicapées, ou permettant de les adapter à la suite de la perte d’autonomie ou au handicap.”

Si vous souhaitez plus d’informations sur ces dispositions n’hésitez pas à prendre un RDV  avec Elodie Verneuil et bénéficier d’un entretien personnalisé.
Pour la 2e année consécutive, la Fondation d'entreprise Adréa et l'Ifop ont réalisé une enquête sur la fin de vie. L'an dernier axée sur la perception des Français, l'étude porte cette année sur "les solutions et pistes d'avenir relatives à l'accompagnement des personnes en fin de vie en France".

Les résultats de l’enquête ont été présentés le 14 novembre 2017, voici les grandes lignes de ce que pensent les français de la prise en charge des personnes en fin de vie :
- Favoriser la liberté laissée aux patients en fin de vie (93 % des Français).
- L’importance de pouvoir profiter de « petits plaisirs » gastronomiques et de profiter de la nature (86 %).
- 48 % La prise en charge de la souffrance psychique est l’un des éléments qui paraît le plus important (48%).
- Savoir que ses proches sont soutenus et accompagnés (59%).
- Faciliter et développer l’accès aux médecines alternatives et complémentaires dans les services accueillant des personnes en fin de vie : sophrologie, aromathérapie, art-thérapie, musicothérapie… (47%)
- Développer la formation initiale et continue des médecins en matière de prise en charge de la fin de vie (70%).

Le déploiement de financements pour mettre en place des solutions permettant de soulager ponctuellement les accompagnants familiaux de leur charge fait également partie des recommandations.

Des services indépendants comme ceux de Guider Nos aînés sont indispensables dans l’accompagnement des personnes en fin de vie et de leurs proches aidants. Si vous souhaitez en savoir plus sur les possibilités d’accompagnement vous pouvez me contacter ici.
"Longtemps attendue, la loi vieillissement a finalement été adoptée en décembre 2015.«Impératif national» et «priorité de l'ensemble des politiques publiques de la nation» selon les termes du premier article, le texte prévoit notamment une revalorisation de l'allocation personnalisée d'autonomie, un «droit au répit» pour les aidants et donne un cadre legal aux Maisons Départementales de l'Autonomie ( MDA). Les financements seront-ils au rendez-vous ? Quel sera l'impact du texte sur les pratiques professionnelles?"

Lire la suite de l'article ici
Choisir un EHPAD (Établissement d’Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes) pour soi même ou pour un proche relève souvent du parcours du combattant. Évaluer la qualité des services, des soins, des animations, des repas tout en respectant un budget parfois réduit peut faire peur. Aujourd'hui un site internet permet de rassembler un certain nombre d’information pour aider les seniors et leurs aidants à s’y retrouver.

Retrouver toutes ces informations sur le site internet : www.pour-les-personnes-agees.gouv.fr

Afin d’aller plus loin, d’avoir des conseils de professionnels et de vous faire accompagner dans les démarches administratives que demandent une entrée en établissement n’hésitez pas me contacter pour prendre un RDV.
Le secrétariat d’Etat chargé des personnes handicapées a lancé en juillet 2017 un nouveau site dont l’objectif est d’améliorer l’accès à l’information des personnes en situation de handicap.

Ce site regroupe plusieurs rubriques sur l’ensembles des thèmes qui intéressent les personnes en situation de handicap comme “les aides et les prestations”, “ Etudier/se former”, “Travailler”, “Se loger”, “se déplacer” ou encore “Sports et loisirs”.

Pour en savoir plus rendez-vous sur le site http://handicap.gouv.fr/
Depuis le 1er Janvier 2017 un nouveau dossier MDPH à vu le jour (cf article “Un nouveau formulaire d’APA et MDPH” publié en Juin 2017 sur ce site). Dans le même temps est née la Carte Mobilité Inclusion – CMI. Cette carte remplace la carte d’invalidité délivrée au personne ayant un taux d’incapacité > 80%, la carte de priorité délivrée au personne ayant un taux d’invalidité < 80% ainsi que la carte de stationnement. Rassurez-vous les cartes d’invalidité, de priorité et de stationnement déjà délivrées sont utilisables au maximum jusqu’au 31 décembre 2026.
Depuis 2016 un site vous permet de faire le point sur vos droits à la retraite en faisant une simulation en ligne du montant de votre retraite entre autre. Vous pouvez aussi vous informer sur vos droits en tant que retraité. En quelques clics vous vous créez un compte en ligne pour avoir des informations personnalisées. Pour plus d’information rendez-vous sur le site www.info-retraite.fr
L’allocation personnalisée d’Autonomie est une aide financière destinée aux personnes de 60 ans et + en perte d’autonomie. Elle est basé sur le degré d’autonomie de la personne mais aussi de ses ressources. Quelque soit vos revenus vous pouvez bénéficier de l’APA la participation est progressive en fonction des revenus.

1- L’APA à domicile

Les différentes catégories AGGIR :

Le montant de l’APA 2017 :

GIR 1 : 1 714,79 euros/mois                           GIR 2 : 1 376,91 euros/mois

GIR 3 : 994,87 euros/mois                              GIR 4 : 663,61 euros/mois

Majoration en cas d’hospitalisation de l’aidant : 993,73€/an.

Vous pouvez demander le dossier auprès de la mairie de votre commune d’habitation.

2- APA en établissement Dans ce cadre l’APA aide au financement d’une partie du tarif dépendance de la structure d’hébergement (EHPAD et USLD). Tout comme l’APA à domicile elle est basée sur le degré d’autonomie de la personne mais aussi de ses ressources. A savoir : Quelque soit vos revenus vous pouvez bénéficier de l’APA la participation est progressive en fonction des revenus.
En France il existe plusieurs types de protections juridique plus ou moins contraignantes pour la personne à protéger. L’objectif est de protéger une personne qui ne peut pourvoir seule à ses intérêts. L’ensemble de ces demandes nécessitent le passage par une consultation médicale choisi sur la liste du Procureur de la République.

1 – L’habilitation familiale

Cette aide n’est pas réellement considérée comme une mesure de protection juridique car une fois la décision prise le Juge des Tutelles n’intervient plus.

C’est une mesure mise en place par l’ordonnance n°2015-1288 du 15 octobre 2015 entrée en vigueur depuis le 1er janvier 2016.

Attention cette mesure est adaptée quand les membres de la famille s’entendent bien mais inadaptée en cas de conflit familial.

Cette mesure permet aux familles d’éviter les mesures judiciaires qui peuvent parfois être difficile à mettre en œuvre psychologiquement.

2 – Le mandat de protection future

Le mandat de protection future donne la possibilité d’organiser à l’avance, quand on en est encore capable, sa propre protection dans l’éventualité où l’on ne serait plus un jour en capacité de gérer ses affaires seul. Il permet de choisir la ou les personnes que l’on souhaite voir exercer sa protection et l’étendue de cette protection.

Il ne vous fait pas perdre vos droits, ni votre capacité juridique (droit de vote, gestion administrative et budgétaire, etc.)

Le mandat de protection future peut-être soit un acte notarié, soit un acte sous seing privé. Il peut-être établis pour la protection de la personne, des biens ou les deux.

3 – La sauvegarde de justice (judiciaire ou médicale)

Cette mesure de protection juridique est la plus légère et la plus courte (maximum 1 an renouvelable). Elle peut être mise en place temporairement soit le temps qu’une autre mesure plus restrictive soit décidée, soit le temps que la personne recouvre ses capacités.

La personne protégée par une sauvegarde de justice conserve le droit d’accomplir tous les actes de la vie civile. si certains actes ne peuvent être accomplis par le protégé un mandataire spécial peut-être nommé.

4 – La curatelle

Cette mesure de protection juridique est moins restrictive que la tutelle. Elle peut être “simple”, “renforcée” ou “aménagée” et peut s’appliquer à la protection de la personne ou à la protection des biens.

Le curateur assiste la personne dans la réalisation de certaines démarches, mais il n’intervient pas seul ni à la place de la personne protégée (sauf exceptions prévues par le juge). De même la personne protégée doit obtenir l’accord de son curateur pour certains actes engageant ses biens ou engageant sa personne (vendre ou acheter un bien, faire une donation, ouvrir un compte, etc.).

5 – la tutelle

C’est la mesure de protection juridique la plus forte. Elle concerne les personnes qui ne peuvent plus veiller sur leurs intérêts du fait de l’altération de leurs facultés mentales ou corporelles lorsqu’elles sont altérées au point d’empêcher l’expression de leur volonté.

Dans ce cas le protégé est considéré dans une incapacité totale. C’est une privation complète de sa capacité juridique (sauf pour le droit de vote qui ne peut-être retirée que par décision du Juge des Tutelles). Cependant, une mesure de tutelle peut être allégée si la personne est en capacité de faire certains actes seule ou avec l’assistance de son tuteur.
Toutes aides à domicile mise en place (en emploi direct ou par le biais d’un service d’aide à domicile) par une personne en perte d’autonomie ouvre droit à une réduction fiscale ou, depuis 2017, à un crédit d’impôts équivalent à 50% des montants dépensés (après déduction des aides financières mises en place comme l’APA par exemple) dans la limite de 12 000€/an (majoration possible en fonction des situations). Il en est de même pour les frais engendrés par un accueil en EHPAD ou en USLD.

De plus, si vous êtes amené à faire des travaux pour rendre votre domicile accessible aux personnes à mobilité réduite des dispositifs fiscaux existent.
L’Allocation de Solidarité aux Personnes Âgées (ASPA) – versée aux personnes qui ne perçoivent pas de retraite de base ou d’une retrait minime – et l’Allocation Supplémentaire d’Invalidité (ASI) – versé aux personnes invalides en complément d’un avantage vieillesse ou invalidité jusqu’à ce qu’elles aient atteint l’âge requis pour bénéficier de l’ASPA – sont également revalorisé de 0,3% au 1er avril 2017. Attention : ces deux aides sont des prestations non contributives d’assistance sociale et sont donc récupérable sur la successions (sous certaines conditions).

Source : ASH N°3009 publié le 05/05/2017.

Cette allocation a connu une augmentation de 0,3% à partir du 1er avril 2017. Le montant de cette allocation est variable en fonction des cas : si l’aidant arrête ou s’il réduit son activité professionnelle. Dans tous les cas l’AJAP ne peut pas dépasser le plafond de 1162,77€/mois. Voici les nouveaux montants :

Source : ASH N°3009 publié le 05/05/2017.

Le capital décès est une indemnité qui garantit le versement d’un capital aux ayant droit d’un salarié décédé, sous certaines conditions. Cette aide a été revalorisée le 1er avril 2017. Suite au décret du 30 décembre 2014 le montant du capital-décès est désormais forfaitaire. Son montant est aujourd’hui de 3415€ pour les décès intervenus depuis cette date (soit une augmentation de 0,3%).

Source : ASH N°3009 publié le 05/05/2017.

Etre un proche aidant est souvent un investissement important que ça soit en terme de temps passé avec la personne à aider mais aussi émotionnellement. Pour être un « bon » proche aidant il faut avant tout être sois même en forme, reposé et en bonne santé mais il n’est pas toujours facile de s’accorder du temps pour soit : qui va s’occuper de mon proche si je ne suis pas là ?

La loi sur l’adaptation de la société au vieillissement du 28/12/2015, validé par le Décret n°2016-210 du 26 février 2016, créé un droit au répit pour les proches aidants.

Ce droit est directement lié à l’Allocation Personnalisée d’Autonomie (APA) et permet aux proches aidants de s’octroyer un temps de repos lorsque l’accompagnement d’un aidant devient trop difficile.

Depuis le 1er janvier 2017 la loi prévoit une aide limité à 500,19€/an pour aider au financement d’un accueil de jour, d’un hébergement temporaire ou d’un relais à domicile.

Ce dispositif peut permettre aux proches aidants de prendre un peu de recul, de repos, de temps pour lui.